Définir sa charte graphique, pas si simple…

Dans les coulisses

Quand on lance son activité – autoédition pour ma part – c’est toujours bien d’avoir une cohérence visuelle. 
Que ce soit au niveau des images ou bien de la typo ou des couleurs il faut créer une charte graphique. Qu’est-ce qu’une charte graphique ? C’est ce qui donne l’identité visuelle : logo, typographie, couleurs, images, icônes,… afin que l’entreprise ou la personne soit clairement identifiable.

Comment déterminer une charte graphique ? Internet regorge d’articles sur le sujet… mais je n’en ai lu aucun. Tout ce que je souhaitais, c’était un site qui me ressemble et surtout, qui puisse présenter tous mes romans alors qu’ils ne sont pas dans les mêmes genres littéraires.
Voici comment j’ai procédé, peut-être que ça vous donnera des idées…
Je voulais que mon site, tout en ayant un aspect professionnel, dégage une impression de douceur. C’est pourquoi j’ai choisi ce vert, couleur d’un des éléments de décoration, la feuille ; ainsi que le beige et un gris soutenu sans être agressif.
J’ai aussi choisi des polices de caractères qui sont toujours les mêmes : Euphoria script pour les titres, Overlock SC pour le menu et Quicksand pour tout le contenu.
Ce sont ces couleurs et ces polices de caractères que j’ai décidé de garder pour la promotion de mes ouvrages.

Tout d’abord la newsletter : le choix des polices de caractères étant réduit, j’en ai choisi une ressemblante mais les tons sont restés les mêmes, à savoir gris et vert. Les en-têtes de mes newsletters sont tous les deux dans des ronds et dans les mêmes tons. Pour vous y abonner, c’est ici !

J’ai ensuite appliqué ma charte graphique à certaines stories sur Instagram, c’est-à-dire que le fond est beige et j’utilise les mêmes typos ainsi que les mêmes couleurs. 

Je fais de même pour mes images sur Facebook, même si j’y suis moins active.

Depuis peu sur Instagram j’ai également appliqué cette charte graphique aux publications. Avant, j’avais opté pour la symétrie mais ça nécessitait un talent en photographie que je n’ai pas forcément. À présent j’utilise le même fond de papier beige légèrement chiffonné et je relie les posts entre eux, ce qui demande beaucoup d’organisation et de savoir de quoi je vais parler plusieurs publications à l’avance. 

1615744533455

Voilà à quoi ressemble le début de ce nouveau feed : on peut voir que la transition se fait sur une vague pour faire le lien avec mon roman précédent L’étreinte des vagues, que ça commence par du vert qui est le ton dominant de mon site et se termine par du mauve qui est le ton dominant de la couverture de Mosaïque de toi

J’ai placé sur certaines images des extraits, soit directement, soit inclus dans l’image, comme des morceaux de la correspondance échangée entre Camille et Amaël. Ils sont lisibles, je vous invite à aller les lire.
Pour l’une des prochaines publications annonçant la sortie de Bleu du bonheur, j’ai créé des articles de magazine écrits par les deux personnages principaux du roman.
C’est du travail et de la réflexion mais c’est quelque chose de très agréable à faire et je m’amuse beaucoup.

J’avais déjà appliqué ce principe de cohérence visuel avec les couvertures de mes romans.

Les photos des couvertures de mes textes érotiques par exemple sont l’œuvre d’un même photographe et sont un peu comme un reflet : une bouche avec une fleur. J’ai utilisé la même police de caractère pour les titres et mon nom.

Et surtout pour les autres couvertures : la fameuse robe rouge.
Tout a démarré avec la couverture de L’abîme au bout des doigts. J’avais pu participer à sa création : j’avais sélectionné la photo d’une jeune femme en tutu rouge dansant au bord de l’abîme. J’avais ensuite déniché une autre photo du même photographe d’une femme en longue jupe jaune et j’avais demandé à mon éditrice s’il y avait moyen de de remplacer le bas du tutu avec cette jupe teinte en rouge. Ce qui a été fait, vous reconnaissez le résultat.

Puis Héritage captif. Dans le roman, cette fois, il est question d’une robe rouge, et elle revêt beaucoup d’importance. Pour moi, il était nécessaire qu’elle figure sur la couverture. De blanche sur la photo d’origine, la robe de la jeune femme qui court est devenue rouge.

Le lien entre mes deux romans de fantastique me plaisait.

L’étreinte des vagues ensuite : la femme qui danse au milieu des vagues est vêtue d’une robe rouge même s’il n’y a aucune robe rouge dans le roman.

L’illustratrice qui a réalisé la couverture de Bleu du bonheur a choisi la couleur rouge pour la robe d’un des personnages, sans que je ne lui demande, et des lectrices attentives ont remarqué ce détail. Et ça, j’adore : que d’autres personnes remarquent ce genre de choses.

Pour finir, Mosaïque de toi. Là encore, une robe sur la couverture, mais bleue cette fois, car dans le roman une robe bleue a toute son importance (vous allez finir par vous dire que j’ai un fétichisme étrange avec les robes, je vous rassure, rien de tel, mais, oui j’adore les robes c’est tellement pratique et agréable à porter).

Alors, que pensez-vous de cette cohérence visuelle, de tous ces liens ? Ça vous plaît ?

Cet article vous a plu et vous n’avez pas envie de rater les prochains ? Toutes les infos ici.

Photo d’illustration : Ylanite Koppens

Commentaires

  • Latmospherique
    15 mars 2021 - 9h53 · Répondre

    Waouh quel travail Olivia!
    J’aime beaucoup les couleurs de ton site et très intéressant l’idée des associations de couleurs pour Instagram.
    Il faut vraiment définir ce qu’on a envie de faire passer comme message, ce qu’on veut bien montrer de nous , de notre travail.
    Bravo

Prenez votre plume

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer