J’ai viré ma voix intérieure

Dans les coulisses

Quand vous échouez à quelque chose, que dit votre voix intérieure ?
« Ce n’est rien, j’y arriverai la prochaine fois » ou « Je savais que j’allais me planter, ça ne sert à rien d’essayer » ?
Les phrases du genre « Que je suis maladroite ! », « Je ne comprends rien aux chiffres… », « J’ai toujours été une bille en géo ! », « Je ne m’en sens pas capable…» n’ont l’air de rien, et pourtant, elles nous restreignent. Nous enferment. Nous empêchent d’exploiter notre vrai potentiel.

Ces dernières années, j’ai suivi diverses formations. Cette année, j’ai décidé de me former en marketing, surtout. C’est ainsi que j’ai suivi deux formations chez l’autrice autoéditée Jupiter Phaeton.
Non seulement elle est pédagogue (et a un timbre de voix paisible et apaisant), mais en plus elle est bienveillante et à l’écoute. Je vous en reparlerai dans un prochain article.

Depuis plusieurs mois maintenant, nous échangeons beaucoup. Au sujet de l’écriture, mais pas que. Nous avons abordé beaucoup de sujets personnels. Des sujets pas toujours faciles.
Je me considère comme une personne plutôt positive et optimiste, et pourtant, en discutant avec elle, j’ai compris que les petites phrases négatives contre moi, je les pensais. Régulièrement. 

Elle m’a conseillé de lire l’ouvrage What to say what when you talk to your self (Quoi dire lorsqu’on se parle ? Le pouvoir du monologue intérieur) de Shad Helmstetter.
Je l’ai lu.
Je l’ai mis en pratique pendant la lecture : j’ai commencé à écouter des podcasts d’affirmations positives.
J’ai d’abord cherché sur la guérison, ça a pris du temps, jusqu’à ce que je trouve celui qui me convenait : en l’écoutant, j’ai pleuré et j’ai su qu’il était pour moi. Depuis, je l’écoute plusieurs fois par jour, et je me sens mieux. Vraiment. Plus détendue. 

Les mots possèdent un tel pouvoir, je l’ai toujours pensé. J’en ai d’ailleurs ressenti tous les effets négatifs quand une personne m’a répété, jour après jour, que je ne valais rien, que je n’étais pas digne d’amour.
Mon cerveau l’a intégré, en a fait une vérité.
Car c’est ce que le cerveau fait : tout ce qu’on lui répète, il le croit.
C’est tellement simple et facile, quand on y pense ! Et les résultats se sont fait si vite sentir que je suis impressionnée.

J’écoute des podcasts sur la confiance en soi, sur l’estime de soi, certains sont longs, d’autres très courts.
Et depuis la rentrée, j’écris des affirmations positives vraiment personnalisées dans mon petit carnet du bonheur.

Si votre petite voix intérieure n’est pas tendre avec vous, je ne peux que vous conseiller la lecture de cet ouvrage. Il est précieux.

Cet article vous a plu et vous n’avez pas envie de rater les prochains ? Toutes les infos ici.

Photo d’illustration du titre : Jess Bailey 

Prenez votre plume

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer